EGMO 2021 – Kutaisi, Géorgie (enfin presque)

Après quelques espoirs, la Géorgie a elle aussi relocalisé l’EGMO de cette année en format « chacun chez soi », ce qui aurait dû nous épargner les tracas du voyage tout en nous privant de son agrément – la Géorgie est difficile d’accès tout court, mais Kutaisi particulièrement.

L’équipe était cette année la suivante :

  • FRA1 – Hannah Faucheu
  • FRA2 – Maryam Koukhan
  • FRA3 – Amélie Triqueneaux
  • FRA4 – Fangyu Xue

Et le duo Anna Luchnickova – Aline Cahuzac comme leaders. Le projet de réunir l’équipe s’étant heurté à l’annonce d’un confinement interrégional, nous devons remercier les parents mis à contribution, et bien sûr chacune des participantes : mettre en place notre Discord national, organiser des séances d’entraînement, répondre rapidement à toutes nos sollicitations pour changement de plan de dernière minute, organiser des rencontres internationales pendant que les leaders étaient jusqu’au cou dans la coordination…

Dépaysement assuré

Le petit calcul de conversion des horaires (+2h par rapport à toutes les indications chez nous) n’étant pas en reste, nous avons pu visiter la Géorgie de multiples façons grâce au splendides vidéos d’ouverture et de clôture, nous permettant de nous initier aux tonalités de la langue, d’admirer de magnifiques paysages et de réaliser nous-même nos propre хинкали :

Adepte de la traversée de frontière depuis son salon, Anna s’est mise aux fourneaux pour nous s’essayer à la chaleureuse gastronomie géorgienne.

Ce beau pays, outre ses talents de production audiovisuelle et son goût pour les chaînes de mails mettant une centaine de destinataires en copie (non cachée), apprécie l’improvisation et la spontanéité. Il est assez impressionnant qu’avec environ 150 équipes et autant de questions par jour, les deux seuls organisateurs dont nous avions le contact aient pu répondre aussi rapidement.

6 problèmes, 9h d’épreuve, 36 de coordination

Difficile de dire que les problèmes étaient faciles cette année : mais nos participantes ne se sont pas laissées abattre le moins du monde !

La traduction des énoncés a été faite en commun avec les autres leaders francophones, puis les calendrier et modalités de composition étant laissés à l’initiative des participantes. Les françaises ont ainsi planché dimanche et lundi de 9h à 13h30. Deux journées d’épreuve productives, des doutes inévitables, mais peu d’erreurs et une foule de pistes très prometteuses à la clé.

https://www.egmo.org/egmos/egmo10/paper-day1-French.pdf

https://www.egmo.org/egmos/egmo10/paper-day2-French.pdf

Pendant que l’équipe saisit l’invitation de quelques autres participantes, et rejoint quelques sessions de détente avec les Anglaises, Belges et Luxembourgoises, Anna et moi nous efforçons de rétribuer à leur juste valeur la mine d’idées à notre disposition.

Sans nous égarer dans les détails, nous dirons seulement que ce fut intense et inédit, qu’il a fallu un serveur Discord, une nouvelle chaîne de mails interminable, la rédaction et la discussion d’une dizaines de solutions alternatives, l’implication d’un certain leader Israélien et l’éclairage des leaders de la Belgique et du Luxembourg pour mener tout cela à bien. Finalement, alors que l’on n’y croyait plus, tout le monde s’est mis d’accord et le tableau des scores a enfin commencé à se remplir plus de 24h après les épreuves.

3 médailles pour la France !

Le niveau des barres de médailles montre bien la difficulté des exercices cette année : si bien sûr les Russes réalisent un 42-42-42-41, l’or est à 21 points, l’argent à 14 et le bronze à 8. Ceci nous permet de ramener pas moins de 3 médailles (vive les points partiels, les brouillons et les solutions alternatives !) pour Hannah 9, Amélie 8 points, Maryam avec 11 (pour son approche audacieuse du P4, Angela mériterait un prix de persévérance…).

Félicitations à toutes !

Finalement, la Géorgie propose d’accueillir à nouveau l’EGMO en 2023 ou 2024 : il ne tient qu’à notre brillante équipe de se proposer leaders pour découvrir en vrai les merveilles de Kutaisi !