RMM 2021 au jour le jour


Le Romanian Master of Mathematics 2021, initialement prévu au mois de février, a finalement été reporté à la semaine du 11 au 16 octobre et se déroule, comme les autres olympiades, à distance. L’équipe de France, comme pour les autres olympiades, compose à Champs-sur-Marne, à l’université Gustave Eiffel. Elle composée de Justin Cahuzac, Mano Étilé-Zéphoris, Aurélien Fourré, Vladimir Ivanov, Alec Le Helloco et Matthieu Vogel. L’équipe est encadrée par Vincent Jugé (chef d’équipe) et Martin Rakovsky (chef d’équipe adjoint).

Une excellente performance de la France au Romanian Master of Mathematics. L’équipe se classe 7ème sur 22 pays avec 1 médaille d’or, 3 médailles de bronze et 2 mentions honorables. Avec 40 points sur 42, Aurélien Fourré termine 1er du RMM au classement individuel, une première pour la France !
Un grand bravo à toute l’équipe !

Le site officiel de la compétition est ici.

 

Lundi 11 Octobre : Rassemblement de (presque) toute l’équipe

La plupart de l’équipe connaît déjà bien le protocole : Justin, Mano, Aurélien, Vladimir et Alec n’en sont pas à leur premier coup pour ce qui est de participer à une compétition à distance. Pour certains, c’est déjà la troisième Olympiade pour laquelle ils composeront à Champs-sur-Marne.

Matthieu, nouveau dans l’équipe depuis les Olympiades Internationales de 2021, également très expérimenté et ayant déjà plusieurs participations à une Olympiade à son actif, est le premier à arriver devant l’Institut Henri-Poincaré, avec 10 minutes d’avance par rapport à l’heure prévue du rendez-vous, à savoir 18h. Il est suivi par Aurélien, Mano puis Vladimir. Première frayeur pour l’équipe puisque Aurélien se rend compte qu’il a oublié de prendre sa trousse ! Il pose son sac, entame un sprint vers sa chambre d’internat pour aller la récupérer…avant de se rendre compte que ses clés étaient restées dans son sac. Justin nous rejoint entre-temps. Seuls absents : Vincent et Alec, puisque Vincent nous attend sur le lieu de l’épreuve et qu’Alec ne nous rejoint que le lendemain matin.

Arrivés à Champs, nous découvrons notre logement, un RB&B à seulement 10 minutes du centre d’examens. Le temps d’aller déguster un traditionnel pokebowl (on commence à connaître les bonnes adresses), il se fait déjà tard et la fatigue se fait sentir, on commence même à rire aux blagues de Vincent.
Avant d’aller dormir, Vincent nous propose un atelier bricolage, consistant à préparer les enveloppes contenant les feuilles sur lesquelles les élèves écriront leurs réponses pendant les épreuves. Puis nous regardons tous ensemble la cérémonie d’ouverture en ligne, qui serait d’un ennui mortel sans les commentaires hilarants de Justin. Les organisateurs ont eu le bon goût de condenser cette cérémonie en dix minutes seulement, mais les transitions PowerPoint et l’éloquence des intervenants ne sont pas encore tout à fait au point. La parade des équipes dure moins longtemps qu’aux OIM, puisqu’il y a moins d’équipes. Rappelons que le Romanian Master est une compétition sur le même format que les Olympiades Internationales mais qui se fait sur invitation, et seule une vingtaine de pays sont invités à participer, choisis parmi les pays ayant les meilleures performances aux OIM. Ainsi, impossible pour nous de battre l’équipe de Belgique ou l’équipe d’Espagne comme l’ont si bien fait les footballeurs français la semaine dernière, puisque ces pays ne sont pas représentés au RMM.

Mardi 12 Octobre : premier jour d’épreuve

Les épreuves ayant lieu de 12h à 16h30 (pour s’accorder sur l’heure roumaine), les élèves avaient demandé à pouvoir se lever tard. Pourtant, dès 8h30, les voilà tous autour d’une table pour un jeu de société coopératif proposé par Aurélien, notre spécialiste des jeux de société dont la réputation n’est plus à faire. Seul Justin continue de dormir.

Au petit-déjeuner un peu tardif, rien de renversant (sauf pour une bouteille de lait, oups).

Sur les coups de 11h, nous retrouvons Alec, arrivé en voiture. Le temps de faire quelques provisions pour l’après-midi, il est déjà l’heure de se rendre sur le lieu de l’épreuve.

Devant la salle, nous retrouvons Matin, un candidat de l’équipe iranienne resté en France, qui composera avec l’équipe de France. À 12h, la première épreuve du RMM commence.

À la sortie des épreuves, les élèves semblent globalement satisfaits. Bien sûr, nous ne donnerons pas ici le sujet de l’épreuve ni le ressenti plus détaillé de la performance des élèves, tous deux doivent être gardés secrets jusqu’à la fin des deux jours d’épreuve. Pendant que Vincent scanne les copies de tous les participants (opération qui lui prendra plus d’une heure), nous rentrons à notre appartement et entamons une partie de Not Alone, jeu qui oppose un joueur (ici c’était moi) aux autres participants. Après un dîner fastueux sur la terrasse (il faut dire que les élèves n’ont pas eu de vrai repas de midi), quelques parties de Code Names, il est déjà l’heure d’aller dormir.

Mecredi 13 Octobre : deuxième jour d’épreuve

Cette fois-ci, le réveil est plus tardif. L’équipe Martin-Aurélien-Matthieu a tout de même le temps d’infliger une défaite sans appel à l’équipe Mano-Vincent-Alec au Code Names, avant d’aller petit-déjeuner. Puis chacun fait sa valise, puisque nous ne repasserons pas à l’appartement après l’épreuve. Je fais un rapide tour des chambres, l’occasion pour Vladimir de récupérer le chargeur et le dentifrice qu’il avait ouobliés.

Sur le chemin vers la salle d’examen nous nous arrêtons à une boulangerie. Aurélien brandit fièrement deux grandes pâtisseries en m’indiquant « ça c’est pour le gras, et ça c’est pour le sucre », et cela résume assez bien les choix des autres élèves dans leur alimentation pour ce repas d’avant-match, sauf pour Matthieu et Alec qui optent pour un régime alimentaire plus sain. Deux blagues issues de références cultes plus tard nous sommes dans la salle d’examen et la deuxième épreuve commence.

Une fois l’épreuve terminée, Vincent reste au centre d’examen pour scanner les copies, pendant qu’Alec repart en voiture et le reste de l’équipe entame le voyage retour par le RER. Nous disons au revoir à Matthieu et Vladimir puis nous nous dirigeons vers le 5ème arrondissement pour un dîner avec les membres qui restent : Aurélien, Justin, Mano et moi. Chacun se sent un peu plus léger de savoir que le plus difficile est passé et que le reste ne dépend plus des élèves (en revanche pour Vincent et moi…).

Le séjour sera passé vite mais ce n’est pas tout à fait la fin, puisqu’un dernier repas d’équipe est prévu le vendredi soir, après les résultats. En attendant, place aux coordinations.

Jeudi-Vendredi : coordinations et retrouvailles

Le lendemain de l’épreuve les élèves retournaient à leurs cours, de lycée pour certains et de prépa pour d’autres. S’il était tentant d’oublier, le temps de quelques jours, que nous étions en pleine période scolaire, il était difficile d’ignorer les quelques cours à rattraper et les devoirs à faire (ce n’est pas parce qu’on représente son pays à une compétition internationale qu’on peut se permettre de ne pas faire son DM d’électricité ou ses exercices de cinématique du point, avec les applications numériques).

Pendant ce temps, Vincent et moi commencions à regarder les copies et préparer le plan d’attaque pour obtenir un maximum de points à partir des productions des élèves. En effet, pour décider des scores des élèves sur chaque problème, nous devons présenter les copies à un duo de coordinateurs indépendants. Il s’ensuit une conversation (en visioconférence) pour décider, en accord avec le barème, combien de points doit recevoir chaque élève. On pourrait croire que c’est facile de noter une copie, mais il n’est en fait pas toujours évident d’interpréter tel schéma ou telle phrase pour savoir si elle traduit bien la bonne compréhension du problème et mérite de rapporter les points qui correspondent à tel item du barème. On a souvent tendance à voir ce moment comme un exercice rhétorique opposant les chefs d’équipe aux coordinateurs, alors que bien souvent, c’est plutôt une conversation cordiale dans laquelle chacun se montre de bonne foi et a pour seul intérêt de noter au plus juste la copie de l’élève.

Jeudi, Vincent et moi sortons ravis de notre première journée de coordination, pendant laquelle nous avons débattu des problèmes de la première journée. Nous avons obtenu tous les points que nous souhaitions, même pour des copies pour lesquelles nous n’étions pas certains de pouvoir gratter grand chose. Il était difficile, pour certaines copies douteuses, de ne pas montrer notre surprise en voyant les coordinateurs nous proposer directement la note que nous voulions, sans qu’on ait à débattre.

Vendredi, nous débattons des copies de la deuxième journée d’épreuve. Les coordinations sont déjà plus difficiles, mais très fructueuses. En particulier, nous avons eu à débattre avec les coordinateurs pour des copies qui nous semblaient très claires et nos nerfs ont été mis à rude épreuve pour savoir si on allait bien obtenir les points voulus. Pour une copie, nous avons même eu recours à l’arbitrage du créateur du problème 6. Finalement, nous sortons très heureux de ces coordinations.

Le vendredi soir, nous nous retrouvons tous chez Mano pour une dernière soirée en équipe, où Vincent et moi annonçons aux élèves leurs glorieux scores. À ce stade, nous ne connaissons pas encore les barres de médaille, et c’est bien normal puisque tous les pays n’ont pas encore fini leurs coordinations. La soirée continue sur une note plus légère, autour de pizzas et de glaces.

Samedi 16 octobre : résultats

Sur les coups de 18h50, on apprend que les résultats sont publiés sur le site officiel du RMM. Vincent et moi découvrons avec grand plaisir les glorieux résultats de nos élèves, que voici :

NomProblème 1Problème 2Problème 3Problème 4Problème 5Problème 6Score totalRécompense
Mano Étilé-Zéphoris12070010Mention Honorable
Justin Cahuzac27010010Mention Honorable
Aurélien Fourré75777740Médaille d'or
Vladimir Ivanov77070021Médaille de bronze
Alec Le Helloco73270019Médaille de bronze
Matthieu Vogel37070017Médaille de bronze
Total2731936771177ème/22

La France termine 8ème au classement par pays (dont la règle de calcul est beaucoup plus obscure que ce que l’on pourrait croire). Nous obtenons 1 médaille d’or (la première pour un candidat français au RMM), 3 médailles de bronze et 2 mentions honorables !
Félicitations à toute l’équipe !
Cerise sur le gâteau, Aurélien termine premier du classement individuel et remporte cette édition du RMM !